Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 21:00

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le trust "Vale" : la deuxième plus grande entreprise du Brésil, deuxième plus grand groupe minier et premier producteur de minerai de fer mondial se donne un mal fou pour obtenir son Global award. Une tradition de conditions de travail façon Goulag et de mépris total de la nature vieille de 70 ans a permis à Vale d’entreprendre la construction d’un barrage en Amazonie qui mettra dehors 40 000 personnes, avec pour tout dédommagement un coup de pied au cul. C’est ce qui s’appelle avoir la gagne. (Topitohttp://www.topito.com/top-entreprises-irresponsables-public-eye

 

-------------------------------------------

 

  "A partir de 2012, l'Histoire  devient une option de la 2eme partie du bac... ! (Le Monde)


En 1961, j'ai lu un livre de fiction d'A.Huxley (Titre ?) dans lequel l'élite dominante avait interdit l'enseignement de l'Histoire au peuple, Plus tard, on y avait supprimé l'orthographe, l'écriture et les livres ! C'était une fiction...

 

" Si vous aimez le passé, devenez antiquaire. Si vous aimes le présent, alors apprenez l'Histoire..."

(M. Bloch, un historien fusillé en 44 par les miliciens français au service des nazis*...)

 

* Nazisme = Une "Civilisation"(?) supérieure aux autres qui, en 9 ans, fit 66 millions de victimes à travers le monde...


-----------------------------------


Le-noir-de-la-montagne--le-blanc-du-brouillard... j'ai passé cette nuit à attendre "Jasmine" - le cyclone Jasmine .

Bizarre ! La brise de terre ne venait pas du bon côté, et à travers la brume immobile, la grosse lune diffusait une lumière polarisée. Un paysage d'effets spéciaux, comme dans "La Forêt d'Emeraude"... Moment surréel et propice à la visite de Kamis espiègles ou de quelques hobbits malicieux dont je transcris les réflexions ci-dessous..

 

Au lever du jour, dans le miroir sans photoshop, jamais je n'avais été aussi vieux...

 


 

(Suite de AAA- L'homme, ex-animal suicidaire ?...)

 

Un peu de lumière...... Et si on y ajoute l'émotivité aggravante de l'introspection et la nervosité anxieuse, l'homme atteint l'allégorie ultime, extrême, triomphale et anthropomorphique de la fiction : Dieu !  Ensuite, n'importe quel  dieu fait l'affaire : Abraham, Wall Street, Beckamm,...


... A la différence des animaux, l'homme a assimilé le postulat suivant : Etre + Conscience = la conscience d'être soi. Cet axiome "a priori" (dénoncé il y a 2800 ans par le bouddhisme) est à l'origine de la pire des conceptions d'un idéalisme forcené du genre : Le monde est parce que je suis /je suis moi, conscient, inventeur du monde. Il en découle une irresponsabilité tueuse et un comportement suicidaire vis-à-vis de la matière - qui est pourtant le seul futur de l'homme !...

 

... La peur de "ne pas être" (ou de ne plus être) ajouté à l'obsession d'une permanence identitaire, sont la source principale de ces fictions. C'est l'origine de l'individu affectif**, qu'évoque M. Serres, Nietzsche & d'autres. (Bourdieu, H. Jonas, Lacan,...)

 

A y  regarder de près, force est d'admettre que l'Histoire de l'humanité n'est, en majeur partie, rien d'autre que l'histoire de ses propres fictions (religieuses, idéologiques, morales, esthétiques et littéraires.) Au cours des 10 dernières années, les exemples se sont multipliés, du dérisoire à l'énormité = Le recours à J. d'Arc, l'Homme de Vitruve et les seins siliconés au secours de l'esthétique du moment - et même le concept  de "dette publique est totalement fictif... A noter qu'à ce jeu, l'historien court lui-même le risque de la contamination par son sujet, c.a.d  le risque de produire une fiction supplémentaire, sanctifiée par le label de la recherche scientifique – fiction vite récupérée (Ex : loi ubuesque sur le négationnisme turc...) 

Passons...

 

La capacité la plus frappante de l'individu "affectif"** est sa capacité de mentir (de se mentir) par ses fictions. C'est sa forme de supériorité sur la matière non affective (biologique, animale, végétale, minérale,...), comme si l'Homme avait voulu corriger lui-même son propre vice de fabrication dû à des fantaisies de l'évolution (vice de fabrication dont il tire pourtant orgueil et identité...)

 

Exemple : Pour le soldat en Irak, une guerre peut-être un évènement final, pour le contemporain, un évènement majeur, pour l'historien postérieur, une péripétie, pour le paléontologiste un évènement insignifiant, pour l'astrophysicien un non-évènement...

 

La cité et les médias proclament : "La vie est une fiction, et la fiction est l'Eternité".

Partout s'étale une fiction holographique reconstituant une gigantesque synchronie d'un monde d'avant ou d'en haut qui n'existe plus. Des jungles, des fauves, des architectures, des véhicules, des métropoles, des dieux, des rois, des stars,... soit une cohue des fictions de pacotilles devenue Grande Fiction Interactive, coupée de tout passé et de tout futur. Chacun peut y jouer son rôle dans l'allégorie imaginaire de l'espèce. Rien n'y est vrai, rien n'y est faux, ni réel ni virtuel. Mais ils sont déjà là, les tenants du marché spéculatifs, les prophètes de la survie biologique.

 

  Autre exemple tragique : Quelques soient le type de l'organisation sociale ou la nature de la classe dirigeante et ses principes fondateurs, quelque soit le degré de totalitarisme du pouvoir, il se trouve qu'une des ressources absolues, l'eau de l'océan (= la respiration, la nutrition, l'hydratation) l'eau, qui appartenait au service public, passe lentement à la propriété privée d'une élite ploutocratique laquelle détient le monopole de la vie même (comme le convoite Monsanto, Véolia, Dette publique, Areva...) Telle est, aujourd'hui, la fiction en cours, qui succède à d'autres aussi dévastatrices (marxisme pour demain, colonisation d'hier, mondialisation libérale d'aujourd'hui,...)


La dernière grande "création" de l'Humanité, après Dieu, fut l'invention de l'écriture. Et depuis, rien, même l'informatique ne convoque pas le sens de l'espèce (Encore heureux que les lettres de l'alphabet fussent classées dans le bon ordre !)

 

Pour l'individu lambda, il n'y a pas de distance entre lui [= l'observateur], et la chose observée [=sa propre précarité & sa disparition, pourtant évènement final par excellence]. Ce qui l'amène à cette confusion ultime : la fin de moi est la fin de la conscience de tout. Donc la fin de tout, prélude à une rédemption imaginaire, fictive et privée (selon les 3 religions du Livre) et... à une véritable catastrophe collective. (En clair, après moi, on peut briser les ponts...)

 

  Lors de "soins palliatifs", on peut les observer, les visages de la sagesse et de la noblesse défigurés par l'effroi et le désespoir... D'où les rêves insensés de se protéger (avec les siens) Toute notre vie, on endure le coût exorbitant de ce rêve, la dictature d'une élite scientifique seule consciente, seule puissante, toute accaparée à la recherche biologique de l'éternité, de la survie organique, de la respiration, de la nutrition,...

 

 En résumé, (on évolue vers... Non) on entrevoit déjà la dictature acceptée et croissante de la Servitude, de l'assujettissement dont l'informatique domestiquée au quotidien est une des innombrables prémisses...)

  

   ** J'évoque là l'Homme affectif, émotionnel et "unidimensionnel" de H. Marcuse (mon livre de chevet des années 1965)

 

 

 

  En débat électoral, ce chat devant la télé n'a-t-il pas quelquechose d'humain ?...

 

A propos des chats, des pétitionnaires les plus imaginatifs se recrutent sans discuter parmi les défenseurs de la cause animale. Mention spéciale à l’appel « Pour sauver les chats consommateurs de Friskies d’une mort certaine » qui lance un cri d’alarme contre le drame des chats « bouchés » pour cause de croquettes...
Partager cet article
Repost0

commentaires

P
Les « vices » tels que le mensonge ne sont pas propres aux hommes (Ce singe mimait une découverte pour protéger un bien...).<br /> L’intelligence a une contrepartie un usage à mauvais escient, c’est valable pour toutes les avancées technologiques... (c’est aussi ça la liberté)<br /> Les animaux les plus évolués (mammifères) ont une conscience suffisante pour comprendre leur propre mort. Ils ont aussi conscience de leur territoire, ils peuvent faire la guerre contre des intrus,<br /> ils pleurent leurs<br /> morts faute de savoir les enterrer, etc.<br /> <br /> Sont-ils autodestructeurs ? Je pense que non. On sait que les lemmings ne se suicident pas... Le saumon meurt après la reproduction, mais ce n’est pas du suicide. On sait que l’abondance de<br /> nourriture réduit l’espérance de vie de l’homme et des animaux. L’homme bien qu’il réduise l’espérance de sa propre vie ou celle de son espèce, n’a pas la volonté de s’autodétruire.<br /> <br /> A+ ou A men
Répondre
P
Bonne réflexion anthropomorphique considérant l'homme dans sa finalité.<br /> L' homme n'est sans doute pas suicidaire, il disparaitra après épuisement de son environnement, c'est une règle naturelle de l'évolution (après une phase exponentielle de croissance, on observe une<br /> phase de décroissance et une prévisible extinction)<br /> Le finalité écologique n'est-elle pas de "faire durer" ou plus exactement "perdurer" un système c'est à dire l'ordre établi par chacune de nos civilisations ?<br /> <br /> L'incompatibité entre un organisme et son milieu n'est aberrante que dans le concept de durabilité, notion contraire à l'évolution naturelle de l'univers.<br /> <br /> Croire en Dieu, c'est apporter du crédit à cette notion qui a pris naissance dans le cerveau des humains. N'y pas croire c'est "savoir" que l'homme est<br /> humble au regard de l'univers.<br /> Amen !
Répondre
S
<br /> <br /> Rire ! Oui, c'est ça... Pour simplifier : Le chien n'est pas doué de Conscience. Il n'est pas autodestructeur<br /> <br /> <br /> Homme = Animalité + Conscience<br /> <br /> <br /> Conscience = Emotivité =Illusion = Vision erronée = Mensonge (auto-mensonge) = attitude autodestructrice (Pour un Mozart, combien de Stalines ?)<br /> <br /> <br /> Question ? Ou se situe "l'erreur" ? Le bouddhisme la décrit précisément, mais n'explique pas pourquoi cet artefact biologiquement . La science non plus.<br /> <br /> <br /> Est-ce la grégarité ? Ou l'émotivité déreglée ? A l'observation des animaux et des plantes, j'opte pour cette dernière hypothèse car elle laisse une chance : L'émotivité se cultive (s'exacerbe<br /> -Pulsions- ou se contrôle - Culture...) Mais ça ne fait que déplacer le pb...<br /> <br /> <br /> je crois qu'il y a une corrélation entre les nouveaux paradigmes du "progrès" et l'autodestruction délibérée qui se dessine de plus en plus nettement ! Comme pour le réchauffement climatique, il<br /> y a des signes difficiles à interpréter définitivement. Dieu n'y suffit plus...<br /> <br /> <br /> (Bof, mon grand père pensait la même chose à la veille de 1914...)<br /> <br /> <br /> <br />

Présentation

  • : Sagamore, le dernier des ploucs !
  • : La vie, c'est surtout les souvenirs qu'on en a. Vivre, c'est ce qui nous arrive quand on est absent, quand on est trop occupé à d'autres choses ! Donc prendre des notes, conserver des traces, trier les déchets pour pouvoir un jour m'étonner : "Mais bordel, comment suis-je donc arrivé là ?..." (Note 1991)
  • Contact

Au hasard des pages...

"L'Histoire est la science du malheur des hommes... Pas de malheurs, rien à raconter" (R. Quenaud)

"Les véritables victimes de Tchernobyl ? Elles ne sont pas encore nés."

(Un nuke3.0 allemand) :

 

« Le capitalisme est la croyance stupéfiante

selon laquelle les pires des hommes vont faire les pires choses

pour le plus grand bien de tout le monde »…

J.M.KEYNES

 

"- C'est quoi, une bonne mère ?

- Une femme que son mari va quitter" (F. Dolto)

 

"Rien n'est plus puissant qu'une idée dont l'heure est venue" ( Victor Hujo)

 

"Quelle est l'utilité d'une maison installée dans un merdier* invivable ? "

(D'après DH Thoreau qui écrivait "planète"...)

 

"Il nous faut créer une démocratie conforme aux marchés."

(A. Merkel -2011)

 

 

« Si le climat était une banque,

les pays occidentaux l'auraient déjà sauvé »

Discours d'Hugo Chávez

 

 Le Mal au nom du bien,

une des plus vieilles histoires du monde...

(Ds un bouquin...)

 

"Se réclamer d'une religion dispense-t-il de toute morale ?"

(Amin Maalouf, sur Fr. Inter)

 

"Dans une crèche,
les bébés considérés comme leaders
sont les plus gentils"
(H. Montagner)

 

 

"Quand l'eau est pure,

je lave ma tête.

Quand l'eau est trouble,

je lave mes pieds"

 (Wang Shu) 

 

"Quelle est donc cette nostalgie

qui réarme partout les monstres oubliés ?

Et ce siècle tout neuf, comment le peupler

autrement que de tous nos regrets ?"

Doris Evans

 

"Sonne les cloches qui peuvent encore sonner.

Oublies ton offrande parfaite.

Il y a une fissure en toute chose.

C'est par là que pénètre la lumière."

(Dans la dernière chanson de Léonard Cohen,)

 

 

"Le roi est nu !"

cria l'enfant.

(Hans Cristian Andersen)

  

"Que faire de sa soif, dans un pays sans eau ?

De la fierté, si toutefois le peuple en est capable"

(Henri Michaux- Poteaux d'angle) 

 

"Tu ne te conformera point

à ce monde qui t'entoure."

(Commandement mnémmonite) 

 

 

"je ne sais pas quelles armes seront utilisées

pour la troisième guerre mondiale, si elle a lieu.

Mais la quatrième se réglera à coups de massue."

(A. Einstein)

 

 

"Tout

dépend

de tout le reste." 

(Bouddha) 

 

"A la vie, on emprunte même les os"

(Pablo Neruda)

 

"Ca n'est pas radical d'essayer de sauver les derniers 5% de nos forêts.

Ce qui est radical, c'est d'en avoir coupé 95%."

(D. Mc Gwan, à Durban)

 

Partout, dans le droit des peuples,

existe le mot "pays"

Nulle part le mot "planète"

(ds un mail)

 

Assise dans le fossé,

elle mâche un brin d'herbe 

et regarde passer mes wagons de projets.

Sa manière de vivre...

le nom le plus secret de l'amour ! 

(Marie-1996)

 

"Entre être libre, ou rester calme,

il faut choisir"

(Thucydide - Ve S av JC) 

 

T'es loin d'êt' con,

mais y'a des fois où tu t'en rapproche...

(...Un ami !)

 

"Chaque mois, l'allumette se rapproche de la mèche..."

(J.Stiglitz. le triomphe de la cupidité - 2010)

 

C'était du temps où les mots

étaient du côté des choses...

 (M. Genevoix- En parlant de la guerre 14-18)


Mon métier, c'était vétérinaire,

Du moins je préfère le croire.

J’ai perdu  les enthousiasmes et les protections de mon métier,

Accessible à tout, je suis enfin libre.

  (Note - Mars 2001, à la retraite)

 

Tous les jours...

 

 

 

 

 

 

"Nous nommons notre régime Démocratie

car l’état s’y gouverne en fonction non pas d’un petit nombre,

mais de la majorité »

(Thucydide, II, 37)

 

"Ce qu'il y a d'encombrant dans la Morale,

c'est que c'est toujours la Morale des autres"

(Léo Ferré) 

 

"J'aime aller au marché

pour contempler toutes ces choses

dont je peux me passer."

(Socrate par Kornfield)

 

Certains préfèrent

le parfum de la rose à l'odeur du chou,

Ils pensent que sa soupe est meilleure...

(?)

 

 "Le bonheur ?...

Il vient souvent sonner à ta porte.

Seulement  voilà, toi t'es parti en visite,

dans tes projets, tes rêves,

tes peurs, tes illusions..."

(Marie -1998)