Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 juillet 2011 5 01 /07 /juillet /2011 23:00

 

 

 

 

 

 

C'était là... mais de nuit ! 

 

  route-rectiligne-copie-1

 

 

Etre présent à une réunion administrative, c'est commencer par faire 600 km aller-retour. Normalement, quand le service fonctionne bien, les vétos de brousse n'ont rien à y faire, hormis être là pour rassurer le chef sur ses compétences. Ou écouter les consignes du Parti - Ou se faire engueuler pour une bêtise...
Et puis descendre du Nord jusqu’à Nouméa, c'est l'occasion d'aller au restaurant pour changer un peu de la cuisine broussarde habituelle = Que du poisson frais, du crabe ou du cerf tous les jours, avec les patates douces sous la braise et au beurre salé, ça lasse !... Généralement, descendre à Nouméa se résume à aller au ciné et ramener du fromage non pasteurisé, cette rareté tropicale !

Passons...

 

... Il est plus de minuit. Les confrères se dispersent sur le parking du resto. Je n'ai bu que de l'eau et j'embouque 300 km pour rentrer vers Pouembout, seul à bord. Je connais l'itinéraire par cœur. Après Tontouta, le seul type qui me précède conduit comme moi : Même direction, même allure et même rythme. Je m'accroche donc 150m derrière lui, et ses puissants phares à iode m'autorisent à rester en code. Ne pas quitter les stops des yeux, qui me préviennent régulièrement des courbes à venir...

 

Sur 200 km, on ne croise quasi personne. La largeur est à nous et les km défilent tous seuls. Soudain, après Bourail, ses feux arrière s'allument en pleine ligne droite, là où ils ne devraient pas ! Je lève le pied et... trop tard, je viens de passer entre trois vaches couchées sur la route. Juste un léger coup de volant réflexe à moins d'1 m de chaque bête. Mais à 120 km/h en code, à peine entrevues, déjà disparues dans le noir.... Waouf ! Je m'arrête plus loin pour fumer une cigarette tandis que la voiture de mon guide s'éloigne dans la nuit.

 

Le lendemain matin à Pouembout, une voix inconnue au téléphone :

- Héhé ! C'est passé près cette nuit, hein ?... Les vaches... sur la route ?

- Bîn ça, tu peux l'dire... Heureusement qu'tu m'as prévenu.

- Pas d'quoi. J'ai vu qu't'étais bien passé, alors j'ai filé...

- Encore merci...

 Le gars a raccroché. Mais c'était qui ? 

  A la lueur des villages traversés, qu'il ait reconnu ma voiture derrière lui, c'est possible. Mais de mon côté, je n'ai jamais su quelle voiture, ni qui était ce gars devant moi...

Note- Pouembout 1985.

 

-------------------------------------------

 

 

 ------------------------------------------------------------

 

 

"Toutes les conneries qu'on n'a pas faites restent encore à faire".

51680005

 

 

 

 

 

  Ces macaques sont rusés mais aussi imprévisibles que très mordeurs. Surtout en bande.Tout l'monde s'en méfie sauf les "touristes" 

Et là, je suis fortuitement cerné par une trentaine. Je parlemente pour m'extraire... 

 

A propos de conneries, j'en fais une lourde : Et la rage ? 

 

Partager cet article
Repost0
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 23:00


Sur les radios locales, rarement entendu autant de conneries en une seule semaine : Ex : Les grandes surfaces comme outils de lutte contre la vie chère (RRB)... P. Frogier et une métastase comme futurs sénateurs (Cale en 1ere)... Les agences immobilières du pays comme exemplaires de probité (Oceane)...

Mieux vaut écouter le tic-tac d'un réveil du fond de son lit (10°C au Mt Mù cette semaine)

Passons... 

 

-------------------------

 

... Un "dresseur" de perroquets ne parle pas directement à son élève. Il s'adresse à un perroquet voisin, jusqu'à ce que le novice se mêle de lui-même à la conversation. Compétition ou imitation ? Ca marche aussi avec les autres espèces. Y compris avec les enfants à problèmes...

- Awa ! A la poste de Païta, quand tu parles à la guichetière N° 1, t'apprivoise pas  la guichetière N°2 qu'est scotchée au téléphone avec sa copine !...

(Note - 1999)

-------------------------------------------------

 

Loup y'es-tu ? Que fais-tu ?...

La plupart des gosses parlent à leurs animaux favoris. Comme les mères parlent à leur gosse, même avant la naissance. Et ceci, dans toutes les cultures
 La presque totalité de mes clients parlaient naturellement à leurs animaux.
 

Ca va mieux 1Et pas plus tard qu'hier, je me suis surpris à engueuler mon cheval :

- Dis donc, Vieux con, tu peux pas ôter ton pied d'su' l'mien ?

-------------------------
Et parler aux animaux, c'est leur donner l'occasion de nous répondre. Ce que les animaux font toujours, à condition de leur en laisser le temps selon l'espèce et les codes !..

 

 -------------------------------

- Pourquoi parler aux animaux ?

- Pour se rappeler qu'il y a quelqu'un à l'intérieur...

 Note 1988 - Un gosse... 



Juste avant les vacances scolaires, un gros camion vient déposer un bloc de pierre sur la pelouse de l'école primaire. Au retour des vacances, l'artisan contemple sa sculpture terminée. Une petite gamine s'approche :

- Dites donc, comment tu savais qu'il y avait un cheval à l'intérieur ?...

 

 

 

 

Pour changer de la rafale de navets industriels à la télé, au moins des images superbes... 

Bertille se lie d'amitié avec un renard. Après un certain temps, elle l'amène dans sa chambre. Erreur fatale : le renard paniqué saute par la fenêtre et se tue... La moralité va de soi !

 

... Ne pas confondre "Aimer" et "Posséder" !
 
 

Le petit Oscar est né dans une noble famille d'Angleterre.

Désespoir des parents : A 5 ans, le gosse ne parle toujours pas.

Un matin au breakfast,  l'enfant s'adresse au butler :

"Non merci, Edward, ce toast est trop grillé pour moi !"

 Les parents sont stupéfaits :

- Mais... Pourquoi toutes ces années sans un seul mot ?

- Jusqu'ici, tout était parfait... répond le célèbre Oscar Wilde...

Partager cet article
Repost0
26 juin 2011 7 26 /06 /juin /2011 23:50

.

 

 

A la radio, j'ai entendu les sujets du bac philo 2011. Parmi eux :

"Peut-on avoir raison contre les fées ?"

 Voilà un sujet de série S qui m'aurait interpellé...

 

Mais à l'instant, je lis qu'il s'agissait de

"Peut-on avoir raison contre les faits"

 Hum ! Nettement plus chiant

Hypothèse = Seuls les hommes politiques ont toujours raison contre les faits.

Antithèse = C'est pourquoi on est toujours surpris après des élections.

Synthèse = Parce dans les promesses électorales, on n'entend pas tous les mêmes choses !

 

  -----------------------------------

.

Dix lignes de notes en 1968, c'est suffisant pour ressuciter un stress professionnel mémorable (et aussi qu'à l'époque, j'étais fan de Charlotte Rampling)

  

 

 Burzet sous la neige

 

 

Ici, c'est Burzet*, petit hameau ardéchois de 500 habitants.

Je viens de parcourir une trentaine de kilomètres sur l'itinéraire exact des "spéciales" du rallye de Monte-Carlo. Mais moi, je pilote la lourde 403 sans chauffage de mon employeur. Dans la nuit neigeuse d'hiver, la chaleur et l'odeur animales rendent l'étable accueillante. Taper des pieds pour faire tomber la neige. Une soixantaine de bêtes sont alignées côte à côte. Elles tournent la tête ensemble vers ce type inconnu qui débarque à 3 heures du matin...

Au boulot ! Quelques minutes après, l'étudiant véto encaisse la stupeur biologique qu'il n'oubliera pas de sitôt. Et qu'il ne reverra jamais de sa vie.

 

Selon le père Chareyre, la vache est en effort de mise-bas depuis presque deux jours. Et rien ne sort ! Exploration de l'utérus et... Pas de pattes, pas de tête, pas de veau. Au bout de mes doigts, que des tripes tièdes et toujours pas de veau... Aïe ! Est-ce les intestins de la vache qui sont passés par une déchirure de la matrice ? Non, impossible puisque la mère est debout et qu'elle rumine en paix.

Sur le coup, je ne comprends rien. Mais ensuite... je n'en comprends pas plus !

En poursuivant prudemment l'exploration, je ne perçois que des tripes bizarres sans que la vache ne semble importunée par mes manipulations. J'en conclus que ces boyaux ne lui appartiennent pas. Ainsi j'extraie parfois des touffes de poils, des bouts d'os et même un morceau de petit sabot embryonnaire...

 

Une heure plus tard, il y a un tas de boyaux, de poils et d'osselets dans la paille. La mère s'y intéresse un instant avant de retourner paisiblement à sa mangeoire. Comme pour me dire que tout va bien... 

 

Une année d'étude supplémentaire m'apprendra que cette nuit-là, je suis tombé sur un veau "cœlosomien", une malformation fœtale plutôt rare. Cette tératologie ne tient qu'à quelques cellules qui ne se développent pas exactement à leur place au 4e jour de la gestation. Il en résulte un animal "à l'envers" comme une chaussette retournée, avec des viscères à l'extérieur, la peau à l'intérieur et des os, des muscles en gélatine...

 

Moralité ? Cafard ou Einstein, quelque soit le pedigree, on est d'abord tous issus de quelques cellules et d'un peu de hasard. De temps en temps, ça calme...  

  ,

 

*Burzet, son festival de la BD, la cascade du Ray-Pic et sa procession du Vendredi Saint en costume depuis XIIIe S
 

-----------------------------------------------------

 

 

Partager cet article
Repost0
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 22:00

 

 

En route..."Les dangers de la route sont parfois moins graves que ceux de la routine... En réglant son compte à l'espace, le randonneur freine la course des heures. Peu lui importe que passent les instants, puisque, obstinément, il les remplit des kilomètres qu'il moissonne. Opération d'alchimiste : il change le sable du sablier en poudre d'escampette. Il brise le cadran de l'horloge et se sert des aiguilles pour s'éperonner le cul. Le temps n'est pas un cheval dont on peut enrayer l'emballement en lui tirant la bride, il est donc préférable de le laisser galoper et de se venger de sa course en bouffant soi-même le monde. Au tic-tac de l'horloge, le voyageur répond par le martèlement de sa semelle..."

 (Note de route sac au dos - 1999) 

-----------------------------


Pour moi, le pire n'est pas l'ignorance. Ou au contraire, de tout savoir. Ce qui fait souffrir le plus, c'est de savoir... juste un peu !
 

 

C'est précisément la situation dans laquelle je suis aujourd'hui : Il y a quelques jours, j'ai soudain eu la vue qui a baissé. Un spécialiste a diagnostiqué un problème rétinien. Rien de plus pour le moment. Et je m'inquiète : Pourquoi cet emmerdement soudain, survenu en quelques jours ? Est-ce que c'est évolutif ou est-ce arrêté là ? Est-ce curable ou pas ? etc... J'ai plein d'hypothèses en tête. C'est ça le pire...

Je ne sera vraimenti fixé que dans plusieurs semaines, le temps de me retrouver sur une liste d'attente, d'oublier un moment, puis de me re-souvenir, d'imaginer le pire ou de tenter de me rassurer vaguement..Ce que j'appelle ma "crise de métempsychose en auto-allumage". Que je reconnais si bien quand elle survient... chez les autres !

 Entre nous, un bon conseil : Ne vieillissez pas ! Héhé..

 

----------------------------------------

  

 

Partager cet article
Repost0
21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 23:00

 




      "C'est simple d'être heureux,

mais c'est difficile d'être simple."

 

  Davidoff

 



(Note - Avril 1994)
     "Chacun connait de ces endroits qui n'existent pas : un aéroport, un arrêt de bus, un Hôtel de Province, l'Europe Communautaire sont des non lieux.
Je suis dans l'un d'eux. Et la soirée s'éternise.

- Un cigare ?... Vous êtes Monsieur... ?

- Sagamore, je m'appelle Sagamore !

-  Goûtez... C'est un Davidoff. Panatela n°2. Vous m'en reparlerez précise-t-il...

 

Je commence à m'emmerder sérieusement : les affaires financières, les placements juteux, l'évolution politique, le retour sur investissement... Sûr que je ne suis pas à la BNP du coin, mais dans un Club de Service pour lequel un ami m'avait courtoisement proposé son parrainage : Si, si, ça m'fera plaisir !... Puis jolie carte d'invitation, présentations formelles et curiosité feinte. Mon "parrain" ayant dû s'absenter, qu'est-ce que je fous ici, à écouter des gens qui se savent déjà "importants" avant même que je le leur dise ? Certes, l'âge et le standing n'excluent pas la vulgarité, le faux luxe et la sottise. Et je prévois déjà que, l'excellent vin aidant, on échangera bientôt les dernières histoires de cul dont quelques jolies protagonistes s'entretiennent déjà dans un autre salon. Tout ça transpire le faux, l'esbrouffe, le toc et la confraternité, cette haine vigilante... 

 

Sur le mur du fond, une devise autour de l'emblème :

"Comporte-toi envers les autres comme tu voudrais que les autres se comportent envers toi"  De la générosité ringarde entre égaux plus égaux que les autres ! Ici, pas de riches, ni de pauvres, que de la bonne conscience en bonne compagnie. Dehors, c'est le reste du monde, l'arrière-cour d'une non-existence, la soute des gueux... En fait, je ne suis qu'avec des gens normaux dont je me sens exclu, tel un curé de campagne à un congrès d'érudits coptes !

 

Dans une pièce voisine, une dame m'interpelle. Qui s'ennuie aussi :

-Vous êtes vétérinaire, je crois ?... Vous travaillez où ?

Hésitation. Vais-je parler de mon quotidien dans les pâturages, la poussière et les vaches ? Puis-je lui confier mon besoin d'espace et de liberté, ailleurs qu'à Nouméa ? Décidemment, le vin était excellent ! Je ne parle donc que de chevaux parce que ça fait moins plouc. Et que ça, c'est du réel...


- Mais vous connaissez sûrement les animaux... Mon chat est bizarre : il...

J'écoute par réflexe autant que par courtoisie. (Son chat fait probablement de la struvite) je l'interromps...

- Mais vous-même, Madame, vous êtes ici et vous connaissez sûrement : J'ai besoin d'un découvert d'un million... Votre mari n'est-il pas le banquier là-bas ?

  (... me comporter comme les autres se comportent avec moi.)

 
       Ainsi, je connais des non-lieux où des "avatars" sans consistance s'affairent gravement à des activités qui n'existent pas... "

 

  *Club de Service = Rotary, Kiwani's, Lion's Club, Soroptimist,... Tous ne s'équivalent pas !

 ------------------------------------------------------

 

 

Partager cet article
Repost0
17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 23:00
 
 
 
 
Y'a du rififi ds le nucléaire français ! 
A propos des séismes du Japon et de NZ, heureusement que ce dernier pays n'a pas de centrales nucléaires, sinon, on bouffait quoi en Calédonie ? (Viande, légumes, fruits, produits de la mer,...)

enfants nucléaires
          Depuis début juin 2011, les 34000 écoliers de la province d'Iwaki sont équipés de "détecteurs" de radioactivité 
 
 
La France et le nucléaire, une histoire obsolète, du XXeS :
Ce que vous ne verrez pas à la télé... (hormis l'arrogance de not'président !)
 
Démarrez à zéro...
Ohé, les gosses (de moins d' 50 ans)


Le 3eme tiers de cette vidéo concerne l'eau du refroidissement des centrales. Le problème de l'eau est dans l'actualité "z'or"...
En quoi sommes-nous concernés en Calédonie ?
Avec l'acide sulfurique, la lixiviation du minerai consomme des quantités phénoménales d'eau douce, à quasi égalité avec la consommation humaine de toute l'île. C'est aussi de l'eau douce qui fabrique une bonne part de l'électricité industrielle & domestique. 
En cas de sécheresses El Nina, qui sera prioritaire ??

Travaillant en élevage, j'ai été aux premières loges des problèmes de l'eau douce en NC. Depuis 1998, j'ai posé 10 fois la question de la sécheresse aux spécialistes industriels et autres ... Jamais eu de réponse nette !

Il y aurait pourtant une solution simple : Intégrer dès à présent la production électrique solaire et éolienne (ou autre) dans l'architecture individuelle du BTP en plein essor dans le pays. Ce qui serait plus judicieux et plus futuriste que la TNT ou le 8 Mo... (ou pire, la 3G dont on sait qu'elle n'apportera rien de nouveau dans le pays*..
.
 
*Pourquoi le 8Mo est-elle un piège à cons ? Parce que le réseau téléphonique, vétuste, devrait être entièrement refait pour obtenir l'efficacité promise... (Sce OPT) Sinon, c'est sur les nouveaux portables hors de prix !     
Partager cet article
Repost0
16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 01:00


- Ouais, l'OCEF, c'est des encul.. d'voleurs ! La viande importée, c'est fin valab'....
 
Et de cette viande-là, en reprendriez-vous une tranche bien saignante ?...
 

Et en Calédonie demain, on va manger quoi ? 
On sait pourtant que l'Australie exporte de ces produits... Vers où, dans le Pacifique ?
A l'heure actuelle, aucune législation n'interdit l'importation de tels produits reconstitués sur le territoire... parce qu'impossible à diagnostiquer à vue !  
(Et pourtant, ça n'est pas la pression des importateurs locaux qui manque :
Est-ce que "Lutter contre la vie chère" c'est bouffer des rognures pour chiens ?...) 
Partager cet article
Repost0
13 juin 2011 1 13 /06 /juin /2011 13:00

 

 

Ca s'est passé... tiens, pas plus tard que mercredi dernier :

Comme depuis toujours, j'avais préparé un carton de livres destinés à la bibliothèque municipale. Je ne trie que des livres lisibles et de bonne tenue. Parfois quasi neufs. Pas de ces E-livres virtuels en Carte Bleue, que du vrai papier. Des livres qu'on peut ranger. Ou des nomades à emporter en salle d'attente, à la Poste, sous la tente à la frontale... Des livres qu'on exhibe en transit, comme acte de résistance à l'I-phone ou au portable. Qu'on peut prêter et ne plus jamais revoir sans rancune. Des livres qu'on peut abandonner dans un bus, à l'hôtel ou dans un refuge... et qui feront le bonheur d'un(e) autre...
 

 

  Livres à céder 2

 

 

" Quand on était passé sur ce pont à l'aller, Prakash nous avait prévenu : "Si il pleut, vous ne repasserez pas en sens inverse". Effectivement. Depuis mardi, nous voilà coincés au retour.

Au 3e jour, j'ai visité tous les petits métiers des environs : le dinandier, le meunier, le forgeron de lames de couteaux, le tailleur de pierres, les tisseuses... [...] Dans un coin du gîte, Laree a trouvé un livre de poche, écorné, sans couverture, ni titre.
- C'est du français, ça ? m'interroge-t-elle* ? 


Comment ce bouquin est-il parvenu ici, paumé en Himalaya à 4600 m ?  Quel oubli ou quel abandon d'un voyageur précédent ? Le bouquin relatait les fulgurances asiatiques (et amoureuses) d'une jeune européenne embarquée dans une sorte de road-movie comme celui que nous étions en train de vivre avec Laree. Ecriture libertaire, ambiance soixante-huitarde... Quand on a repris la piste, j'ai rangé ce livre dans une poche latérale du sac..." - Jomoson-Nepal (1995)

 

Deux ou trois ans plus tard, j'empruntais "L'Antivoyage" à la petite bibliothèque de Païta. En le parcourant, je me suis souvenu du bouquin sans titre, ni auteur. Quelques clics plus tard, je racontais à Muriel Cerf, les conditions et le lieu où j'avais lu Le Diable vert. Ed. 1975.  son livre-récit d'une jeunesse passionnée :

- ... bouleversée par votre message... Je suis très émue que vous ayez retrouvé mon "Diable vert"dans la région même où il fut conçu  me répondit-elle, [...] Avez-vous perçu la beauté qui m'a tant inspiré il y a près de 20 ans !

  Plus tard, elle m'a raconté son devenir depuis l'Asie. Malraux lui écrivait : "Vous possédez un don des dieux : le talent narratif..." 

 

* D'origine Tamang, Laree parlait 6 langues locales plus l'anglais et le hindi... 

 

 

... Et donc j'arrive naïvement au Dock Culturel de Païta. Avec un carton de 15 livres divers et de bonne qualité. Fin content !

Alors une hôtesse m'interpelle :

- Nous n'acceptons plus les dons de livres. Nous ne pouvons enregistrer et prêter que les livres achetés par la commune... et bla bla !

- Et bîn... Faites-moi donc un chèque...

 
Sagamore, que j'me dis, dorénavant le don bénévole de livres est interdit ! La gratuité n'est plus à la mode. Certes, le Culturel du Sud est en faillite (selon Frogier) Mais tes livres et toi ne font pas partie de la carambouille entre Hachette-Import et les riches communes du pays...

 

Alors je suis ressorti.

Avec mes chouettes bouquins dont personne ne voulait !

J'en ai laissé deux ou trois, à l'abri sous un banc. 

En attendant quelqu'un qui en voudra,

quelqu'un qui veuille encore résister

à la Culture industrielle et pré-digérée de l'écran.

Peut-être... 

 

.

 

Partager cet article
Repost0
10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 05:30

 

 

Saviez-vous que Ben Laden fut un cavalier hors pair ?
 Il gagna de nombreux concours hippiques à l'international. A 16 ans il parcourut seul un millier de km dans le désert avec 3 chameaux, 25 l d'eau et 1 kg de dattes. En 11 jours...
 
En Afghanistan, Ben Laden ne se déplaçait qu'avec 2 ou 3 types au milieu d'un troupeau de chevaux (banal et peu détectable dans le pays) déjouant les moyens de repérages sophistiqués. (Le troupeau, toujours le même, étant éduqué à se déplacer en tas, et non en ligne...)

Les américains mirent 5 ans avant de comprendre la supercherie... par l'observation d'images prisent avec des drones et étudiées par un spécialiste Navajo... 

  -------------------------------

"Si je fais de plus en plus jeune, c'est parce que je monte des chevaux de plus en plus vieux..."  plaisantait Ronald Reagan. (Extrait Le cheval, animal politique.)

 

Cheval funéraire 001

 

Lorsqu'à force de rajeunir, R. Reagan finit par mourir, ses obsèques (juin 2004) furent organisés conformément à la tradition de la cavalerie de l'US Army : Un cheval seul à 100m en avant du cortège, sellé mais ne portant pas de cavalier, les bottes du défunt engagées à l'envers dans l'étrier, la pointe vers la croupe.

Il en fut de même lors des obsèques du président J.F. Kennedy, en 1963.

Un commentateur donne une très curieuse explication à ce protocole : "Devant le cortège s'avançe un cheval sans cavalier. Sa présence évoque une tradition remontant à Gengis Khan, au temps où l'on croyait que le chaval devait franchir avant son maître la grande Porte du Ciel" (Sic)

 

----------------------------------------

Ce fut un cheval qui révéla l'existence de Mazarine (Mitterand) à la presse : Gendjim, un Akhal-téké offert par le Turkmènistan, et dont la gamine s'enticha. Elle décida de le monter. Et Mitterand accepta ce (seul) cadeau officiel pour son usage privé. Mais cet animal superbe, rare et fougueux était plutôt caractériel pour une gamine. Il fut confié à l'éducation de la Garde Républicaine (Quartier des Célestins) à Paris. Il fit donc la route chaque semaine depuis son haras de l'Essonne et retour, sous la responsabilité... des services secrets !

Quelques années plus tard, des journalistes spécialisés demandèrent au Président ce qu'était devenu l'animal. Sans barguigner, le président fit amener le cheval à l'Elysée... sous la protection de la DGSE et du GIGN...

Et l'affaire Mazarine explosa... (Autant que celle de DSK ou des diamants de Giscard !)

 

Partager cet article
Repost0
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 04:00

 

 

 

 Le silence des tôles m'a réveillé à l'aube : Sagamore, on dirait qu'la pluie a cessé !

Après dix jours de flotte, on voit des étoiles et il fait froid. Super ! J'ai allumé du feu dehors pour garder mes rêves au tiède. Et pour faire cuire du chou...

 

Juin ! Ecarté la saison des cyclones. A partir d'Avril, tu peux ranger les piles !  (Dicton de Ouégoua !) Belle journée fériée. Des voisins partent en mer. Tant pis pour eux !* Après 40 ans au soleil, y'a longtemps  que j'ai opté pour les brumes. 

 

Six heures du matin.
Chant des coqs, bruit du torrent, soleil radieux. Le vallon s'éveille, et ma tondeuse serait un blasphème environnemental ou une provocation d'extrême-droite... Maintenant, i'm'faut assécher les vestiges d'une semaine moite : Sortir la couette, le futon, des meubles, quelques beaux objets. Aérer les bons livres. Et aussi les mauvais...

 

Autrefois désireux, comme la plupart des gens, d'exhiber mon standing , j'ai cru bon d'emprunter du fric pour augmenter sans cesse mon volume habitable. Parce que je le valais bien ! Et accumuler ainsi l'inutile, le désuet, l'obsolète. (Et aussi racheter 3 fois ce que je ne retrouvais plus...)
 

Avec le temps, j'ai compris que mes voisins trimaient aussi pour une piscine, une femme et un voilier   personel. Et sous utilisés. Il n'était donc plus nécessaire que je m'endette en vain ! A moi, je n'ai conservé que mon propre cheval...
 

Aujourd'hui, désencombrer mes 36m2 m'apporte plus que de l'espace supplémentaire; c'est un autre mode de vie. Passer de L à XXL, c'est à chaque fois l'occasion de virer le trop usé, le trop serré, le trop sentimental factice. Ne me reste que des chaussettes... parce que je ne grossis pas des pieds !
 

Là où je mange vegan... 

Vers 10 h, siroter un bol de café, le temps de répondre à trois urgences, trois cas absolument impératifs (qui ont quand même pu attendre jusqu'au samedi !...)
 

Tiens, l'air se met à vibrer de "musique" boum-boum ! Sans doute les citadins de passage qui se rassurent d'un silence trop anxiogène. Et ça sent déjà la brochette carbonisée ...  

 

Vers 15 h, le soleil me donne à nouveau de l'eau chaude. Tout est propre, réparé, remis à neuf, en ordre. Ca m'plait bien (même la petite araignée oubliée derrière un tableau !)

  

Je reprends le livre qui s'occupe de moi en ce moment. Epais et passionnant...  

 

 


 Les animaux ds la vie des enfants.Dès la belle préface de Boris Cyrulnik, nous sommes prévenus : derrière un titre d’apparence “gentille”, ce livre apporte un regard radicalement neuf sur un sujet d’une grande importance. Observés attentivement, les enfants se comportent vis-à-vis de leurs animaux de compagnie comme des mères avec leurs nourrissons : mêmes gestes, même attention, même tendresse. Ce qui se joue entre eux est capital. Gail F. Melson est pédopsychiatre, spécialiste de la famille et du développement de l’enfant à l’Université Purdue, aux Etats-Unis.

S’interrogeant sur la place réelle de l’animal (physique mais aussi symbolique) dans la structuration de la psyché enfantine, elle s’est rendue compte, stupéfaite, qu’il n’existait quasiment aucune étude sur la question.  Communication sensorielle, non verbale, initiation à la relation d’aide, expérience de nourrir un être différent de soi, disponibilité non évaluative dans l’ici et maintenant, voilà tout ce qui se joue dans le simple fait d’élever chez soi un chat, un chien, un hamster, un lapin...

Où l’on découvre que l’animal joue un rôle crucial dans le “puzzle cognitif et affectif” de l’humain.

Un ouvrage passionnant.

 

 

 Par la fenêtre, on voit plus de ciel que de terre. Et quatre gros nautous qui se baffrent dans le petits goyavier. Ce soir, ça sera le glupp-glupp des moteurs rincés à l'eau douce. Et des bouts de poisson pour le vieux chat errant dans les collines... 

 

Je ne sais pas créer de la Beauté.

Je ne sais qu'ôter ce qui est moche.

 

  *"Qui va en mer pour son plaisir; va en enfer pour passer l'temps..."

  ** Pour dissuader les chiens de faire les poubelles, il suffit de verser 1 c. à soupe d'eau de Javel ds le sac... Mais attention, l'eau de javel attire les chats !

 

----------------------------------------------------------

 

A propos, un peu de beauté sauvage... 

 


Les raptors ont presque fini leur plumage.
Le parents sont dans un autre arbre. ils passent seulement pour la nourriture.
(Voir article "Mauvaises mères")
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Sagamore, le dernier des ploucs !
  • : La vie, c'est surtout les souvenirs qu'on en a. Vivre, c'est ce qui nous arrive quand on est absent, quand on est trop occupé à d'autres choses ! Donc prendre des notes, conserver des traces, trier les déchets pour pouvoir un jour m'étonner : "Mais bordel, comment suis-je donc arrivé là ?..." (Note 1991)
  • Contact

Au hasard des pages...

"L'Histoire est la science du malheur des hommes... Pas de malheurs, rien à raconter" (R. Quenaud)

"Les véritables victimes de Tchernobyl ? Elles ne sont pas encore nés."

(Un nuke3.0 allemand) :

 

« Le capitalisme est la croyance stupéfiante

selon laquelle les pires des hommes vont faire les pires choses

pour le plus grand bien de tout le monde »…

J.M.KEYNES

 

"- C'est quoi, une bonne mère ?

- Une femme que son mari va quitter" (F. Dolto)

 

"Rien n'est plus puissant qu'une idée dont l'heure est venue" ( Victor Hujo)

 

"Quelle est l'utilité d'une maison installée dans un merdier* invivable ? "

(D'après DH Thoreau qui écrivait "planète"...)

 

"Il nous faut créer une démocratie conforme aux marchés."

(A. Merkel -2011)

 

 

« Si le climat était une banque,

les pays occidentaux l'auraient déjà sauvé »

Discours d'Hugo Chávez

 

 Le Mal au nom du bien,

une des plus vieilles histoires du monde...

(Ds un bouquin...)

 

"Se réclamer d'une religion dispense-t-il de toute morale ?"

(Amin Maalouf, sur Fr. Inter)

 

"Dans une crèche,
les bébés considérés comme leaders
sont les plus gentils"
(H. Montagner)

 

 

"Quand l'eau est pure,

je lave ma tête.

Quand l'eau est trouble,

je lave mes pieds"

 (Wang Shu) 

 

"Quelle est donc cette nostalgie

qui réarme partout les monstres oubliés ?

Et ce siècle tout neuf, comment le peupler

autrement que de tous nos regrets ?"

Doris Evans

 

"Sonne les cloches qui peuvent encore sonner.

Oublies ton offrande parfaite.

Il y a une fissure en toute chose.

C'est par là que pénètre la lumière."

(Dans la dernière chanson de Léonard Cohen,)

 

 

"Le roi est nu !"

cria l'enfant.

(Hans Cristian Andersen)

  

"Que faire de sa soif, dans un pays sans eau ?

De la fierté, si toutefois le peuple en est capable"

(Henri Michaux- Poteaux d'angle) 

 

"Tu ne te conformera point

à ce monde qui t'entoure."

(Commandement mnémmonite) 

 

 

"je ne sais pas quelles armes seront utilisées

pour la troisième guerre mondiale, si elle a lieu.

Mais la quatrième se réglera à coups de massue."

(A. Einstein)

 

 

"Tout

dépend

de tout le reste." 

(Bouddha) 

 

"A la vie, on emprunte même les os"

(Pablo Neruda)

 

"Ca n'est pas radical d'essayer de sauver les derniers 5% de nos forêts.

Ce qui est radical, c'est d'en avoir coupé 95%."

(D. Mc Gwan, à Durban)

 

Partout, dans le droit des peuples,

existe le mot "pays"

Nulle part le mot "planète"

(ds un mail)

 

Assise dans le fossé,

elle mâche un brin d'herbe 

et regarde passer mes wagons de projets.

Sa manière de vivre...

le nom le plus secret de l'amour ! 

(Marie-1996)

 

"Entre être libre, ou rester calme,

il faut choisir"

(Thucydide - Ve S av JC) 

 

T'es loin d'êt' con,

mais y'a des fois où tu t'en rapproche...

(...Un ami !)

 

"Chaque mois, l'allumette se rapproche de la mèche..."

(J.Stiglitz. le triomphe de la cupidité - 2010)

 

C'était du temps où les mots

étaient du côté des choses...

 (M. Genevoix- En parlant de la guerre 14-18)


Mon métier, c'était vétérinaire,

Du moins je préfère le croire.

J’ai perdu  les enthousiasmes et les protections de mon métier,

Accessible à tout, je suis enfin libre.

  (Note - Mars 2001, à la retraite)

 

Tous les jours...

 

 

 

 

 

 

"Nous nommons notre régime Démocratie

car l’état s’y gouverne en fonction non pas d’un petit nombre,

mais de la majorité »

(Thucydide, II, 37)

 

"Ce qu'il y a d'encombrant dans la Morale,

c'est que c'est toujours la Morale des autres"

(Léo Ferré) 

 

"J'aime aller au marché

pour contempler toutes ces choses

dont je peux me passer."

(Socrate par Kornfield)

 

Certains préfèrent

le parfum de la rose à l'odeur du chou,

Ils pensent que sa soupe est meilleure...

(?)

 

 "Le bonheur ?...

Il vient souvent sonner à ta porte.

Seulement  voilà, toi t'es parti en visite,

dans tes projets, tes rêves,

tes peurs, tes illusions..."

(Marie -1998)