Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 septembre 2011 3 21 /09 /septembre /2011 01:00
 

 

- Dîtes docteur, pour être vétérinaire, il faut beaucoup aimer les animaux ?...

Euh... Tiens, est-ce vrai ça ?

En fait, je ne me pose pas la question comme ça. Aimer beaucoup les animaux ?... Le médecin aime-t-il tous les hommes ? DSK aime-t-il toutes les femmes ? Le député aiment-ils ses électeurs ?...

 

Pour faire simple, disons plutôt que je respecte l'Animal (par raisons subjectives : curiosité, admiration, prudence, vécu...)

Par contre, j'ai eu des sentiments plus abrupts en ce qui concerne leurs propriétaires...

 

-----------------------

Au téléphone, Madame X :

- I'mange p'u depuis 5 jours... Mon mari dit qu'i ne comprend  pas...

Au stockyard, le cheval, tête basse, montre des signes de souffrance. Il salive abondamment. Obstruction de l'œsophage ? Ou un truc coincé dans la bouche ?... Lui toucher simplement la tête provoque une brutale réaction de défense... Bizarre !

- Personne pour nous aider ?... Il n'est pas là, vot' mari ?

- Bîn non, il a dû s'absenter...

 

Sous tranquillisant en IV, le cheval refuse encore l'approche de sa tête. Jusqu'à ce que je parvienne à glisser un doigt dans la bouche, ce qui déclenche un violent cabré. Et je me retrouve le cul dans la poussière !

 

Dans le tragicomique de la situation, la femme se répand :

- Il est comme ça depuis que mon mari l'a soigné dans la bouche... pour le lampa*...

 La patronne explique et je comprends : En voyant l'enflure, le mari n'a rien trouvé de mieux que de brûler (cautériser) la bouche du cheval avec un clou chauffé rouge !

  (!) Même avec l'aide d'un tord-nez, introduire un fer rouge dans la bouche d'un cheval... Sur le coup, je n'imagine pas un tel geste possible. Sauf que j'en ai vu d'autres.

(- Bîn c'est comme ça qu'on fait en Australie,  me confiera un autre éleveur plus tard...)

 

Je n'ai jamais rencontré le Monsieur X et ce cheval guérira en une semaine. De là à lui remettre un mors en bouche...

 

  

* Le "lampa" (mot d'hippiatrie anglo-saxon) est une inflammation palais+gencives - comme quand on boit une soupe ou un café trop bouillants. C'est une stomatite simple, consécutive à l'herbe sèche, au foin ligneux ou au granulé dur. Chez le cheval, le palais peut enfler jusqu'à dépasser le niveau des dents, d'où des difficultés à manger et des attitudes bizarres... Le "lampa" passe souvent inaperçu et guérit spontanément. Dans les cas spectaculaires, changer la bouffe et un simple diurétique résout le problème en 48 h...

----------------------------------

 



La stupidité n'est pas un paradigme du comportement animal (normal) puisqu'elle suppose de la Conscience.

La bêtise est-elle un atavisme spécifique de l'humain ? L'accès de connerie est-il concomitant au génie ? Statistiquement, l'écart-type est d'importance. Il y va de la survie de l'espèce (humaine...)

 

Aimer l'Animal ?...

Pour moi, ça se discute. Chacun son sentiment. Respecter l'Animal pour ce qu'il est suppose déjà de l'attention, puis une lucidité de la Conscience. Plus réfléchie que l'Amour, la Conscience, ça se cultive...

 ------------------------------

 
 A propos d'une vidéo antérieure (des lions et des hommes) il y a un autre paramètre important : Hommes et animaux sont dans l'espace libre.

Ci-dessous, la panthère est coincée, piégée dans un collet à cochons sauvages...
 

Après DSK, Chirac...
L'avenir des crapules est devant eux !
Qui parlait de Conscience humaine ?...
Partager cet article
Repost0
19 septembre 2011 1 19 /09 /septembre /2011 03:00
 

  

 

"... Le soir du Réveillon de Noël, pendant que les humains s'empiffrent, les chevaux discutent entre eux. Ils parlent de nous. Les plus anciens expliquent aux jeunes ce qu'il faut penser des hommes. Surtout ne pas les déranger car si on les espionne, alors ils ne nous comprendrons plus et se tairont à tout jamais. Le pacte homme-cheval sera brisé..."

C'est un conte du bush australien (partiel) tel qu'on le raconte aux gosses pour les faire tenir tranquilles un moment. Il dérive de la cosmogonie aborigène (Song tracks) qui met en scène un reptile familier...

 

[Note - 1987]

 
 
 
 
Selon un grapholoque, ce morceau choisi de littérature locale pose questions :
- Une colère de mec, mais une écriture... féminine.
- Des propos de stockman mais sans fautes d'orthographes - et avec un PS 
- Une grosse colère mais i'manque pas d'accent sur les é, ni ponctuation, ni majuscule...
- Une mise en page équilibrée avec espace paragraphe...
- L'obligatoire connotation sexuelle finale signe un imaginaire créatif... Un poéte !

 
Le gros con du parking
 

Profil supposé de l'auteur :
- Un homme Scorpion (ou femme- Lion : Rien ne m'énerve plus = Il parle de lui, mais un peu en s'excusant...)
- Entre 35 et 50 ans, célibataire ou en famille monoparentale 
- Bac +2 ou +3, bosseur contrarié dans un boulot qui l'emmerde (Prof, fonctionnaire, responsable...) 
- Sous-payé et se fait engueuler injustement toute la journée (qu'il croit)
- Sa  famille (ou ses proches) le gonfle : (Pas assez bien pour lui ?)
- Il a du fric (à crédit ?) mais aussi un problème sexuel intime...
Conclusion :
Un faux-dur cultivé, qui soigne son apparence toute la journée, (se sent bien seul en voiture).
Excédé ou manipulé, peut faire n'importe quoi par fierté...  jusqu'aux  Assises !
C'est aussi un éjaculateur précoce (ou une "insatisfaite") qui essaie de se soigner...
 
- Bîn ça ! ... Tu reconnais un bétail rien qu'aux bouses qu'il laisse derrière lui ?....
 
-------------------------------- 
 
Partager cet article
Repost0
14 septembre 2011 3 14 /09 /septembre /2011 02:00
"Tous les chiens aboient
J'entends bien ceux des autres.
Nuit de pleine lune..."
Septembre 2011
-----------------------
 

Ce midi,  'ai mis 4 merguez standard dans mon wok, sans rien d'autre !

- Sagamore, encore une idée à la con !

... n'peut pas dire mieux, mais je m'interroge : Pourquoi, quand je suis responsable des merguez chez les autres, elles sont toujours cramées ? Ou elle ne sont pas cuites ?...

 

Résultats : Avec 4 merguez, j'ai récupéré 35cc (ml) de graisse rouge* !

Conclusion : Les merguez ? En morceaux, comme allum'feu avec du bois humide**...


* E120 = rouge cochenille, obtenu a partir d'insectes ni halal, ni casher ! Ou E 102 = tartrazine hautement allergène (ds les "merguez" industrielles pas chères...)

**Graisse animale + sel + whiskycoq'+ sédentarité = surpoids + hypertension (artérielle, conjugale, inter raciale ou inter spécifique,...)

 (Note- Avril 2008)

-----------------------------  

 

... Madame M. de la Vergne est une personne âgée, respectable et très riche. Bien connue dans l'île, elle habite (avec son chimpanzé)  une vaste propriété coloniale à la Montagne*. Hier, le chimpanzé est mort accidentellement (Une du Journal de la Réunion -7 mars 1971) La dame, très affectée, a décidé faire naturaliser son animal en métropole. Avant le voyage en boîte plombée, il faut infiltrer entièrement la dépouille au formol; ce qui n'est pas une mince affaire ! Le docteur Delcroix me désigne comme volontaire**.  Faut dire que je suis le VAT du Service Vétérinaire (rue de la Source).

... En traversant une vaste maison, la nénenne me conduit à une chambre aux volets clos. Sur un lit Compagnie des Indes gît le cadavre entre deux gros bougeoirs  [...] On me laisse seul. Impressionné et pas à l'aise. J'ai amené deux litres de formol, de grosses seringues et des aiguilles diverses, mais je n'ai aucune connaissance en thanatopraxie, même provisoire. Je décide d'infiltrer la trentaine de kilos de muscles rigidifiés à l'aveuglette. [...] Mais j'ai bientôt un problème de seringue : Le formol bouffe le silicone d'étanchéité : Impossible d'utiliser trop de fois la même seringue jetable... Et l'incident survient : Un jet de formol me revient en pleine figure. La brûlure est terrible et je suis aveuglé. Moment de panique. Vite, trouver de l'eau, un robinet. Où ça ?... Je sors de la chambre à tâtons. Dans le couloir, la femme de compagnie providentielle me guide vers un lavabo. J'y plonge ma tête entièrement....

Alertée par le tumulte soudain, Madame de la Vergne apparaît à la porte de la salle d'eau. Je me tourne vers elle,  les yeux rougis, le visage détrempé et sniffant à grands traits. Alors la vieille dame s'approche et pose une main sur mon épaule :

 - Mais Monsieur... i'faut pas vous mettre dans un état pareil... Ce n'est qu'un animal, vous savez...

(St Denis – Mars 1971)

 

** Le chimpanzé est mort soudainement, suite à une anesthésie locale pour l'ablation... d'une verrue par un confrère du service : le même qui m'a désigné pour ce boulot ! Il m'a aussi enseigné toutes les turpitudes du métier...

*la Montagne était le quartier résidentiel de St Denis de la Réunion.
------------------------------- 

---------------

... Si parfois "L'absence de Dieu est plus divine que Dieu !" (JP. Sartre)
l'absence de coliques néphrétiques, c'est pareil !
Partager cet article
Repost0
9 septembre 2011 5 09 /09 /septembre /2011 22:00

La même lumière
de bougie en bougie
Le brame du cerf...
(Août 2011)
 
 

... les sabots, les aplombs, les jarrets, les cicatrices anciennes, le regard... J'examine une monture parmi la douzaine de chevaux du stock-yard. On va passer quinze jours (et 250 km) en tête-à-tête. Donc pas m'gourer...

 

Du haut des barres, un stock-man aborigène m'observe. J'opte pour la grosse jument d'environ 10-12 ans. D'un signe de tête, le type semble approuver, et il marmonne quelque chose. Rien compris. Je me tourne vers l'hôtesse qui allume un sourire :

- I' dit qu'avec des chiures de moluques* sur l'dos, c'est toujours un bon cheval... Pas d'tours de con ! (bullshit ?)

(Notes - 199...)

 *Merle de Moluques, martin triste ou mainate triste (Acridotheres tristis)

----------------------------------------

Pour Noël, toute la famille et les amis de Nouméa sont montés en brousse. Au programme, coups d'chasse de nuit pour les hommes, baignades au creek pour les enfants, grosse cuisine pour les femmes...

Vers 11h, les hommes sont de retour et dépouillent 6 ou 7 cerfs, de quoi remplir les glacières pour la ville. Les fusils sont rangés dans un coin de la terrasse, on débouche les dames-jeannes et les bouteilles carrées*. Des tréteaux avec une porte par-dessus pour installer une vingtaine de convives sous la varangue...

 

[...] Le repas se prolonge. Le vin coule à flot. Rires. D'un bout à l'autre de la table, les racontars circulent à plein : Grivoiseries, politique, exploits divers, souvenirs de mine... et les inévitables histoires de culs ! A chacun sa surenchère d'un air entendu, car autour de la table, tous savent que l'hôtesse est aussi une bonne affaire !

Tous... sauf le mari, le maître de maison...

 Alors, cet homme se lève en chancelant :

- Moi, si j'apprends qu'ma femme me faisait un coup comme ça...

Il s'empare d'un fusil posé contre la rambarde. Il vise sa femme, en face, de l'autre côté de la table et... les deux coups partent ! La femme est décapitée devant les invités pétrifiés...

 

Accident de chasse ? Ou crime délibéré ??

Un an plus tard, les jurés de cour d'Assises opteront pour l'accident de chasse : Seuls des gens de la ville oublient 2 cartouches dans un fusil...

  (d'après archives du tribunal de Nouméa – 1956)

  *Bouteille carrée = Johnny Walker


---------------------------------------------------
--------------------------------------------------------------------

Dernière minute, et de source sûre...

... Signalons tout d'abord, à titre purement informatif, que le budget de la présidence de Polynésie est de 29 millions d'euros pour un archipel de 250 000 habitants contre 32 millions pour l'Elysée pour un pays de 60 millions d'habitants... (Sce : Anticor.)


Pour la suite :
(Chirac est poursuivi pour 45 emplois fictifs - Le gouvernement de Tahiti a payé 1326 "chargés de missions" pdt 5 ans ! La Polynésie, une royauté féodale, coloniale et républicaine, sans ressources mais qui fonctionne à l'énergie atomique...)
Partager cet article
Repost0
6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 22:00

 

 

 

Encore ?...

Les valvules de Lafleur, la prostate de Mitterrand, le St Esprit pour DSK, l'anosognosie pour Chirac...

Chez les gens normaux, on dit cynisme, lâcheté, arrogance, veulerie, hypocrisie, politique...

Et pour le prochain, on va trouver quoi ?... Ca va devenir abracadabrantesque !

- A quel prochain tu penses ?

- Bîn... à mon banquier, mon maire, mon ex-, mon garagiste... Tu penses à qui, toi ?

 

 

 ------------------------------------

 

L'entretien serré était fini. J'avais déjà la main sur la porte du bureau.

- Au fait, Sagamore, la babésiose... Toujours pas convaincu ?

 

Surprise ! Dans le ton ironique, comme une menace. Quatre ans (?) s'étaient écoulés pendant lesquels j'étais resté attentif à pouvoir modifier mes intimes convictions. Rien ! Bien sûr, d'autres subventions se détournaient et on avait aussi occulté quelques bizarreries de labo (salmonelloses des œufs) Sans plus. D'autres trucs "à sensations" scandaient l'actualité du pays (l'emballement du Tiare futur, la grève à Cellocal, les foucades hebdomadaires du RPCR...)

Bof !

L'entrevue d'aujourd'hui avait tourné court : Pas question pour moi de détenir de la strychnine pour les chiens errants dans les rues du village. J'avais passé quinze ans à réparer divers animaux empoisonnés par négligences ou par des colériques excédés. J'étais équipé pour parer aux poisons locaux usuels mais je ne voulais pas endosser la responsabilité de la strychnine lâchée en liberté dans le paysage...

Cette connerie étant évacuée de la discussion, on a évoqué la réduction de mon activité véto au Wallistan* : Je devais orienter mes priorités vers l'élevage industriel. L'électoralisme était-il prioritaire ? J'ai fait semblant de ne pas comprendre qu'en politique, l'intérêt général était passé de mode (On anticipait déjà la cession du service vétérinaire au privé !)

Passons.

 

Et soudain, dossier babésiose, le retour ? Je venais de récuser deux imbécilités de basses œuvres, élaborées par des gens intelligents. Plus qu'un coup de lune, c'était une impulsion politique tombée du ciel. Par ailleurs, dans les médias, on ne se cachait plus d'annoncer officiellement ce qui, en vrai, dissimulait aussi des intérêts occultes personnels (Immobilier, le Grand Tuyau, OPT...) !


Depuis quelques années, j'étais entré progressivement en "décroyance" démocratique (Pour changer les choses, il faut d'abord y croire -  Un ami - Note 1998.)
Je pensais être un cas particulier car j'ignorais que l'accablement et la défiance prévalaient dans d'autres services (Agriculture, éducation, DI3T, administration générale...) Certains responsables ne cachaient plus leurs désillusions, d'autres avaient carrément démissionnés...

(A cette occasion, moi, le z'or, j'eus droit à une anthologie de l'ironie calédonienne...)

 

Alors, la main sur la porte je me suis retourné :

- La babésiose ? Quelle babésiose, Monsieur ?...

 

Deux ans plus tard, tout le "négociable" du service public passait aux particuliers. Sans aucune contrepartie. Le "Service Vétérinaire et des Productions Animales" était privatisé. Le budget des subventions publiques à l'élevage passait aux confrères nouvellement installés sur mon secteur. Les tarifs quadru- ou quintuplaient, ce qui sélectionnait les clients. Dès mon départ, la pratique bovine peu rentable fut délaissée. Pendant un moment, l'élevage rural revint aux bricolages empiriques d'autrefois (castrations à vif, vélages au tracteur, abandon de station...) 

Une majorité de petits éleveurs disparurent en quelques années.

 

*La communauté wallisienne venait de créer un parti politique en opposition au RPCR...

 

-------------------------------------------------

 

                               

 

                               

 

Allez, en route...
Partager cet article
Repost0
3 septembre 2011 6 03 /09 /septembre /2011 08:00

3eme partie


D'où qu'on le regarde

il tourne toujours le dos

l'épouvantail...

(Shiki)


Plus les jours passaient, plus cette histoire de babésiose sentait... Non, même pas de la vraie bouse !


Ca grenouillait ferme dans les bureaux, tandis que sur les stations, fallait être prudent. Prélever 10cc de sang à la volée sur du bétail semi-sauvage dans des installations bricolées à la hâte, identifier l'animal et ses tubes, injecter un anti-tique... Des manips dangereuses dans un tintamarre métallique, de coups et de cris... Sur 15000 têtes de bétail, les incidents et les gnons n'ont pas manqués. Nombreux abandons du personnel...

 

 Art-veto.jpg

        Sur la vache en dessous, de la seule main gauche... Du grand Art vétérinaire ! (Photo Sophie)

 

Côté labo, rien d'encourageant, c'était le black-out : Quid du résultat de "ma" vache à l'origine de l'enquête ? Oui, elle était positive. Par quelle méthode ? Dans quel labo d'Europe ? Bîîîn... Sur les 5000 échantillons déjà prélevés, impossible d'obtenir même une approximation. Parfois, une rumeur du personnel : Euh oui, on a trouvé des trucs douteux... Et plus les jours passaient, plus Tintin affichait l'air... d'en avoir deux !


[Là,j'ai omis beaucoup d'autres détails techniques et administratifs...]

Foire de Bourail et l'enthousiasme qui va avec. A l'entrée, c'est tout juste si on ne "détiquait" pas les poussettes à bébé ! J'y rencontrais le directeur des Services Vétérinaires du Territoire, le Dr Desvals :

- Eh, Michel, t'en penses quoi de la babésiose ?

- Qu'est que tu veux dire ?

J'ai confessé mes doutes grandissants, mes observations, les résultats du labo, le black out...

Il parut étonné :

- De la babésiose ? Mais on en a trouvé : Robert m'a montré des lames au microscope... Evident !

Evident ? Oui, sur les lames-témoins ramenées d'Europe et exhibées aux journalistes ! Le personnel et moi n'étions pas aussi promptes sur l'évidence. Ainsi, non seulement je persistais dans ma paranoïa, mais, pour Desvals, je devenais un agnostique. Il me le rappelera plus tard !...

 

Le temps a passé sans lever mes doutes. Prélèvements et analyses complémentaires s'achevaient. Les résultats officiels  furent proclamés lors d'une conférence de presse : Je m'y rendis sans invitation, mais encore prêt à un éventuel mea culpa... Journalistes, éleveurs, officiels, et parmi eux Harold, le frère de Bernard Martin chez lequel les réjouissances avaient commencé et dont tout le cheptel laitier importé fut abattu.

 

... sur 14000 analyses chez 17 éleveurs, on a relevé cent cinquante cas positifs ou douteux. [...] Tous les troupeaux où furent trouvés des animaux positifs et douteux ont été abattus. Les éleveurs seront dédommagés sur fonds australiens et européens...

 

Quoi ? Sur 14000 examens, une centaine de douteux seulement  ? Pour n'importe qui, ces résultats représentaient moins de 2% des analyses, soit bien en dessous de la marge d'erreurs mathématiques pour un dépistage par lecture à vue. Dans un labo expérimenté, on eut pu trouver 4 ou 500 lames suspectes (admis 5% FAO)

(Et accessoirement, selon ces résultats absurdes, la Calédonie était devenue le seul pays au monde à être parvenu à éradiquer la babésiose !...) Remerciements, musique, congratulations et ça s'arrose... J'ai gardé ma dialectique pour moi car au premier verre, l'embarras de Tintin était devenu aussi visible qu'un poisson rouge dans un bocal.

 

Je me suis tiré plutôt satisfait : 1) Je ne m'étais pas gourer de diagnostic. 2) Ma chienne m'attendait, elle aussi rassurée : Fini le bétail menaçant, les chiens hostiles, les aiguilles qui traînent et les journées sans dormir au fond de la voiture...

 

 grand-stockyard.jpg

 

                                  

  

La babésiose en Calédonie : Erreur ou escroquerie ? J'opte d'abord pour une fausse alarme à diffusion prématurée, suivie d'une exaltation médiatique disproportionnée. Ensuite, plus aucunes possibilités de marche arrière, au risque de passer pour des comiques ! L'autorité sanitaire ne devait pas perdre la face et, accessoirement, il y avait un bonus politique à récupérer  : Comme "ministre" de la brousse, Harold Martin, frère de la première victime, s'était bien débrouillé. Il l'aurait fait savoir en privé...

Bof, tout ça n'étant que du folklore exotique, j'étais devenu moins sourcilleux.

 

Et l'escroquerie ? : L'estimation des pertes s'était faite à la tête du client. Quelques mois plus tard, sur la foi d'un rapport labo officiellement entériné, l'Europe a versé 330 millions (2,7 M €) à la Calédonie pour la "babésiose" (J'ignore combien de l'Australie. Autant ?) Un jack pot énorme pour les éleveurs, dont Bernard Martin, le frère du "ministre", a reçu de la main gauche ce que ce dernier a dû écrire de la main droite = plus d'une trentaine de millions CP... pour une épidémie restée hypothétique et dont je n'ai vu ni les preuves tangibles, ni plus entendu parler ensuite !*

Ah oui, Tintin, le directeur du labo, a pris de l'avancement.

 

"En "biologie politique", la réussite, c'est un échec qui a raté !" (Note-1993)

 

Un mois plus tard, j'ai repris mon sac à dos pour quelques jours... vers l'Himalaya ! (Voir ailleurs...)

---------------------------- 
* J'ai détruit les documents relevant du "recel de biens sociaux"....

- par colère ou par compassion ?

- ... pas de taille procédurière. Mon opinion étant faite sur ces individus, j'ai gardé mon boulot et retrouvé la paix de l'esprit... (Note – 1994)

**Carambouille : n.m. Vente d'une marchandise impayée, qui n'existe pas ou dont on n'est pas propriétaire...
   ----------------------------------------- 

 

 

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2011 5 02 /09 /septembre /2011 04:00

 

(3eme partie : De la babésiose en Calédonie ??))

... Une semaine pour régler le travail en suspens, et ma chienne dormait à côté de mon sac à dos. Le Service de Nouméa assurerait mon remplacement. En route sous la pleine lune, cool et à pied vers la Côte Est, via le Humboldt. En 7 jours...

A mon retour, tout le service véto carburait au LSD : Parait qu'il y avait un cas de piroplasmose dans ma galaxie. Chez Bernard Martin, une laitière s'était soudain mise à pisser noir comme du café. Elle avait été abattue vite fait, et l'alerte sanitaire générale était déclenchée. Un canular ? Non, le diagnostic était confirmé au labo et bla bla. Du brutal à la Une ! J'en tombais sur le cul de surprise...

 

Avant de partir, j'avais bien noté que, chez Bernard Martin, une jeune vache urinait rose. Un test simple et j'avais diagnostiqué une papillomatose – de petites verrues sur la paroi vésicales qui saignottent - Pronostic bénin qui n'entravait aucunement la santé de l'animal à court terme. Cette bête importée d'Australie à grand frais, pouvait finir sa lactation et sa gestation sans risques. Pas de quoi paniquer ! Et en cas d'aggravation, il serait temps d'envisager une perte à moindre frais...

 

La carcasse avait été incinérée la veille de mon retour. Impossible de vérifier quoi que ce soit. Alors le doute m'a pris : Et si j'avais buggé ? Et si j'étais passé à côté d'une babésiose (=piroplasmose) ?... J'étais anéanti XXL !

 

Nume¦üriser0011Une campagne de dépistage-vérification a été organisée sur tout le bétail dans un rayon de 20km. Pas une mince affaire : Pour 14.000 prises de sang, on a embauché du personnel temporaire. Je m'embarquai activement dans ce chantier d'importance : 14000 bêtes, une par une... 

 

Les prélèvements étaient analysés au labo véto de Port-Laguerre - Une goutte de sang, coloration puis lecture attentive de la lame - La "lecture" (délicate) nécessitait de l'entraînement. Dans l'urgence du moment, je proposai mes services au labo, et j'ai vite compris que le personnel n'y connaissait rien. Normal, et on m'informa que l'échantillon coupable avait été envoyé en Europe pour confirmation. Et que les résultats... étaient en attente ! Quand j'exposais mes doutes à Robert Costas (dit Tintin, directeur du labo !) il a éludé. D'ailleurs il s'était vu offrir une formation accélérée de 15 jours  en métropole.

Quoi ? Mais alors question : Qui donc avait diagnostiqué la piro sur "ma" vache incriminée et abattue ? Si l'urgence relative nécessitait un isolement basique, pourquoi avoir déclenché un tel i-bordel alarmant, coûteux, et sans aucunes certitudes ?...

 

A son retour, Robert était aussi "formé" à la babésiose que moi à l'extrême-onction ! Passons... Mais dans ses valises, il ramenait des lames-types pour briefer les laborantines de la paillasse. J'ai moi-même regardé ces lames. Elles vont prendre de l'importance...

 

Aux infos de l'île, le festival virait au psychédélique : A la télé, des responsables, des éleveurs, des "scientifiques", des syndicats... Les images ? Une archive en boucle :  une vache crevée de la dernière sécheresse dans un fossé ! Aucun rapport avec la maladie... Bref, trop tard pour faire marche arrière.

Devant de telles unanimités sans aucun fondement, je commençais à avoir des doutes. Mais je fermais ma gueule et retournai aux prises de sang...

 

 

  PS à la queue

 

  Sur les bovins, les prises de sang peuvent se faire sous la queue quand elle est accessible. Indolore donc moins de risques mais plus de bouses...

-------------------------------------------------

 

 

Partager cet article
Repost0
30 août 2011 2 30 /08 /août /2011 23:00

 

 

 

Arènes du Sud 
Ce truc est illuminé à 35.000W toutes les nuits depuis le début de sa construction (20 mois)
Et dire que, pour 1 p'tit milliard supplémentaire,on pouvait l'peindre... (Pour le Président, j'ai eu vach'ment honte ! J'en parlerai plus... J'espère))
--------------------------------------------

Coup d'chaleur !
Du point de vue comportemental, cette gestuelle est ... extraordinaire !
(- Surtout si c'est un mec...)
 


- Parles, et je te baptise...
(Diderot - Le cardinal de Polignac devant un orang outan au jardin du roi...)
 ---------------------------------------------

 

 

 

Jusqu'ici, la Réunion avait été indemne de Piroplasmose bovine.. Un an après l'importation de quelques centaines de bovins d'Afrique du Sud, toute l'île était contaminée. Merdier général ! Nous, les 8 vétos de route, on a dû s'adapter à cette situation sérieuse. Et vite ! Chacun a remis ses connaissances à jour pendant que radio et télés diffusaient un catastrophisme "à la cyclonique" habituel. On a pu limiter la casse parmi laitières et boeufs attelés sans jamais parvenir à éradiquer totalement la maladie de l'île...

 

... Dans ma voiture, un petit microscope, des lames, quelques colorants et un peu d'entraînement. Le diagnostic se posait en dix minutes. Le traitement se faisait dans la foulée avec 70-80% de réussite, à condition qu'il fût judicieux et précoce.

 

 

... Quand je suis arrivé, le bœuf-charrette était couché. Urines sombres, muqueuses très pâles = les globules rouges détruits, hémoglobinurie. Pas besoin d'analyses, la piro avancée ne faisait aucun doute. J'injecte la Gonac.rine. IV et j'entreprends la transfusion à partir de son compère d'attelage [...] Vers 500 ml transfusé, le malade montre des signes de détresse. J'arrête tout. Dix minutes plus tard, le bœuf était mort. Que s'est-il passé ? Un choc d'incompatibilité sanguine ? Très rare au premier transfert chez les bovins. Qu'est-ce que j'ai raté ? [...]

 

Je suis consterné, mais P.est vraiment catastrophé : Perdre un bœuf, c'est perdre tout l'attelage...

- C'était son jour, finit-il par soupirer après un 'tit verre de punch... Déjà, i'a un mois, son accident sur la route...

Quelques temps plus tôt, l'attelage de P. avait été percuté par une voiture. Un confrère avait constaté l'extrême pâleur des muqueuses de ce même animal. Hémorragie interne ? Ce bœuf avait déjà été transfusé à partir du même donneur...

 

Et moi, un mois après, j'ai déclenché involontairement une "déchaînante". Je restai abasourdi, même si je tenais là une explication technique.

 

 

Bien sûr que je fus emmerdé par cet accident. Si je n'en étais pas coupable, j'en étais responsable, et ma sûreté professionnelle fut marquée d'une pierre noire.

A la Réunion, j'ai encore fréquenté cette maladie plusieurs années, jusqu'à dominer tout ce qu'un véto rural pouvait savoir sur la piroplasmose bovine : Les symptômes divers, les fausses pistes, les techniques de labos, les traitements connus et applicables...

Aussi plus tard, quand cette maladie fut "officiellement" déclarée en Nouvelle-Calédonie, je me retrouvais immédiatement en terrain connu.

 

Mais je n'en avais pas fini avec le petit "protozoaire" ! Il me rendra complice involontaire d'une grosse carambouille aux subventions européennes, une canaillerie qui entama sérieusement la confiance naïve d'un électeur moyen en ses édiles républicains habituels ! Ca bouleversera mon ingénuité politique, puis mes convictions personnelles les plus basiques : Il y avait là de quoi...

 

- Elle vient donc de là... ta teignosité politique ?...

- Ca, et d'une autre escroquerie jamais soldée... qui m'coince depuis 20 ans (avec les mêmes) !

 

A suivre... à coup sûr !

La Babésiose, ou babésiellose ou piroplasmose, est une maladie parente de la malaria provoquée par un babesia, un protozoaire intra-érythrocytaire affectant plusieurs espèces. Les babesia sont transmis par piqûre de tique. Des co-infections peuvent compliquer le diagnostic et également aggraver les symptômes[]. L'infection cause généralement une anémie hémolytique par destruction des globules rouges.
Le parasite se reproduit en se multipliant de deux en deux agressant le globule qui en se lysant, relâchent les parasites dans le sang.

 

"... Quelques soit l'espèce concernée, la piroplasmose est une maladie qui n'a jamais pu être éradiquée d'un pays où elle est installée..." (doc. FAO-1975)

 

 
Partager cet article
Repost0
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 07:50

 

 

 

 


Cousin,

J't'avais promis une nouvelle importante pour la France.

Alors voilà le discours de 50 minutes sur RRB*

(Au prix de la minute/pub, j'te résume)

 

... Calédoniens, ...niennes

Vot 'passé est derrière vous...

Vot" avenir est devant vous...

Vot' présent est entre les deux !

Bla bla...

 

Là, j'déconne pas, Cousin

ça fait 30 ans qu'j'entends ça!

 

Bon d'accord, on dirait du Pierre Dac !

Pourtant crois-moi, à côté d'Frogier, c'est du Bossuet...

D'ailleurs ici, tout l'monde est content !

Mais j'crois qu'c'est pass'que Il est parti

... et qu'on va r'ouvrir la bière !

 

Prochain coup, j'te raconte les Jeux.

Paraît que l'Ouverture était grandiose :

I z'ont allumé la flamme avec le bout d'bois

qu'a fait l'tour du pays...

L'on-t-ils frotter, comme les australopithèques ?

J'aurais voulu voir ça...


Mais j'le crois pas, Cousin,

D'accord, la vie est chère,

mais au RUMP**,

on peut s'acheter un briquet...



* RRB, c'est la radio du Nazional-Exotisme local(Naze)

**RUMP, c'est "Remet-moi Une  Magouille de Plus...


Salut Cousin

 

 

 

Partager cet article
Repost0
27 août 2011 6 27 /08 /août /2011 07:00

 

 

 

 

 

Cher cousin

 

On a bien reçu ton président de  tous  les  français.


On nous avait aussi annoncé Harold Martin sapé en Lady Gaga et Elizabeth Noire en pom-pom girl, mais on n'a pas pu voir tellement y'avait des flics partout. Et les mecs triés qu'étaient là sautaient comme les veaux du stock-yard...

Alors on a été à la chasse, à la pêche, à la plonge et à la plage.

 

D'ailleurs le président, i's'en fout, il est venu voir si Frogier existait. Il l'a jamais vu à l'Assemblée. Qui c'est qu'a encore cafter ?... On exclut aucune hypothèse...

 

(Parait que quand on lui à dit qu'il allait voir Xstrata, il a cru qu'on l'emmenait à la Bourse à Voh...)

 

Depuis qu'il est chez nous, on a plus de bière ! J'espère que son avion n'va pas tomber en panne à Tontouta...

 

Le garder ici ? Nous on veut bien. Tu nous donnes combien ?

Garder quelqu'un, on sait faire ça depuis 1848. Il tient pas beaucoup d'place, mais si tu nous construis une tôle comme not' stade à Païta, il pourra bouger comme i'veut...


Pourras-tu  garder sa femme et son gosse ? ... coûte trop cher. Faudrait p'têt faire une aut'usine ? 

 

Au fait, pourquoi tu veux qu'on te l'garde ? Combien d'temps ? Pas plus d'neuf mois. D'accord ? Des pitres, des menteurs et des faux-culs, on a déjà c'qui faut ici. Des endémiques depuis 30 ans !  


(Mon voisin propose qu' on t'envoie un député à la place. Il est pour l'échangiss' mondial...)

 

Hier, mon chien s'est fait coupé la queue par une voiture. Fait gaffe en traversant ta route...


Je te tiens au courant si i'dit quèquechose de sérieux pour la France. Mais c'est mal barré...

 

Salut cousin,

  Ton onc' Sagamore  

 


  

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Sagamore, le dernier des ploucs !
  • : La vie, c'est surtout les souvenirs qu'on en a. Vivre, c'est ce qui nous arrive quand on est absent, quand on est trop occupé à d'autres choses ! Donc prendre des notes, conserver des traces, trier les déchets pour pouvoir un jour m'étonner : "Mais bordel, comment suis-je donc arrivé là ?..." (Note 1991)
  • Contact

Au hasard des pages...

"L'Histoire est la science du malheur des hommes... Pas de malheurs, rien à raconter" (R. Quenaud)

"Les véritables victimes de Tchernobyl ? Elles ne sont pas encore nés."

(Un nuke3.0 allemand) :

 

« Le capitalisme est la croyance stupéfiante

selon laquelle les pires des hommes vont faire les pires choses

pour le plus grand bien de tout le monde »…

J.M.KEYNES

 

"- C'est quoi, une bonne mère ?

- Une femme que son mari va quitter" (F. Dolto)

 

"Rien n'est plus puissant qu'une idée dont l'heure est venue" ( Victor Hujo)

 

"Quelle est l'utilité d'une maison installée dans un merdier* invivable ? "

(D'après DH Thoreau qui écrivait "planète"...)

 

"Il nous faut créer une démocratie conforme aux marchés."

(A. Merkel -2011)

 

 

« Si le climat était une banque,

les pays occidentaux l'auraient déjà sauvé »

Discours d'Hugo Chávez

 

 Le Mal au nom du bien,

une des plus vieilles histoires du monde...

(Ds un bouquin...)

 

"Se réclamer d'une religion dispense-t-il de toute morale ?"

(Amin Maalouf, sur Fr. Inter)

 

"Dans une crèche,
les bébés considérés comme leaders
sont les plus gentils"
(H. Montagner)

 

 

"Quand l'eau est pure,

je lave ma tête.

Quand l'eau est trouble,

je lave mes pieds"

 (Wang Shu) 

 

"Quelle est donc cette nostalgie

qui réarme partout les monstres oubliés ?

Et ce siècle tout neuf, comment le peupler

autrement que de tous nos regrets ?"

Doris Evans

 

"Sonne les cloches qui peuvent encore sonner.

Oublies ton offrande parfaite.

Il y a une fissure en toute chose.

C'est par là que pénètre la lumière."

(Dans la dernière chanson de Léonard Cohen,)

 

 

"Le roi est nu !"

cria l'enfant.

(Hans Cristian Andersen)

  

"Que faire de sa soif, dans un pays sans eau ?

De la fierté, si toutefois le peuple en est capable"

(Henri Michaux- Poteaux d'angle) 

 

"Tu ne te conformera point

à ce monde qui t'entoure."

(Commandement mnémmonite) 

 

 

"je ne sais pas quelles armes seront utilisées

pour la troisième guerre mondiale, si elle a lieu.

Mais la quatrième se réglera à coups de massue."

(A. Einstein)

 

 

"Tout

dépend

de tout le reste." 

(Bouddha) 

 

"A la vie, on emprunte même les os"

(Pablo Neruda)

 

"Ca n'est pas radical d'essayer de sauver les derniers 5% de nos forêts.

Ce qui est radical, c'est d'en avoir coupé 95%."

(D. Mc Gwan, à Durban)

 

Partout, dans le droit des peuples,

existe le mot "pays"

Nulle part le mot "planète"

(ds un mail)

 

Assise dans le fossé,

elle mâche un brin d'herbe 

et regarde passer mes wagons de projets.

Sa manière de vivre...

le nom le plus secret de l'amour ! 

(Marie-1996)

 

"Entre être libre, ou rester calme,

il faut choisir"

(Thucydide - Ve S av JC) 

 

T'es loin d'êt' con,

mais y'a des fois où tu t'en rapproche...

(...Un ami !)

 

"Chaque mois, l'allumette se rapproche de la mèche..."

(J.Stiglitz. le triomphe de la cupidité - 2010)

 

C'était du temps où les mots

étaient du côté des choses...

 (M. Genevoix- En parlant de la guerre 14-18)


Mon métier, c'était vétérinaire,

Du moins je préfère le croire.

J’ai perdu  les enthousiasmes et les protections de mon métier,

Accessible à tout, je suis enfin libre.

  (Note - Mars 2001, à la retraite)

 

Tous les jours...

 

 

 

 

 

 

"Nous nommons notre régime Démocratie

car l’état s’y gouverne en fonction non pas d’un petit nombre,

mais de la majorité »

(Thucydide, II, 37)

 

"Ce qu'il y a d'encombrant dans la Morale,

c'est que c'est toujours la Morale des autres"

(Léo Ferré) 

 

"J'aime aller au marché

pour contempler toutes ces choses

dont je peux me passer."

(Socrate par Kornfield)

 

Certains préfèrent

le parfum de la rose à l'odeur du chou,

Ils pensent que sa soupe est meilleure...

(?)

 

 "Le bonheur ?...

Il vient souvent sonner à ta porte.

Seulement  voilà, toi t'es parti en visite,

dans tes projets, tes rêves,

tes peurs, tes illusions..."

(Marie -1998)